Dîtes adieu à vos inquiétudes et adoptez la « Carefree Life » !

Comme son nom l’indique, le mot «pré-occupation» représente le fait de s’occuper de quelque chose avant le moment venu.

Lorsque vous êtes préoccupés dès le matin, vous êtes incapable de profiter du moment présent. Autrement dit, les inquiétudes paralysent le présent, et elles immobilisent l’instant présent.

Combien de fois ne trouvez-vous pas le sommeil car vous réfléchissez à quelque chose ? Cette perte d’énergie à repasser une infinité de possibilités provoque un épuisement physique et mental qui engendrera en vous l’effet inverse de ce que vous souhaitiez.

En effet, au moment de gérer la situation, vous serez épuisé et votre capacité à prendre des décisions sera sûrement diminuée.


Certaines personnes tombent dans un cercle infini d’inquiétudes, en créant des monstres imaginaires, et en s’imaginant mille et une fatalités qui pourraient leur arriver dans un laps de temps plus ou moins court.

Malheureusement, ces personnes ne vivent pas l’instant présent, car elles sont trop préoccupées par le fait de trouver une solution à leurs problèmes, qui, dans 90% des cas ne se produiront pas.

Il ne faut pas confondre le désintérêt avec la paresse et l’irresponsabilité, car la personne qui n’est pas inquiète affrontera l’inquiétude ou le problème au moment venu, tandis que le paresseux et l’irresponsable l’éviteront.

Ainsi, je vous encourage fortement à ne pas vous focaliser sur vos problèmes. Adoptez la «carefree life», autrement dit, la vie insouciante :

Appuyez sur la pédale de frein

inquietudes

Lorsque votre petite tête se prépare à parcourir un marathon de 50 problèmes imaginaires, freinez, et respirez.


Si vous vivez étourdi jour après jour, vos pensées iront à 100km/heure, et cette rapidité fera que votre esprit ira bien au-délà de la rationalité, allant même parfois jusqu’à vous convertir en futurologues.

Vous vous retrouverez à faire des prédictions aussi fatidiques et improbables que votre niveau de préoccupation.

Soyez rationnel. Travaillez votre analyse réflexive !

Face à une inquiétude excessivement récurrente, tentez de la caricaturer. Cela ne signifie pas en rire ou la fuir, mais plutôt la pousser vers un autre extrême, c’est à dire visualiser le pire qui pourrait vous arriver.

Vous verrez alors que ce n’était pas si grave. En y réfléchissant, vous comprendrez que les possibilités que tout cela se produise sont insignifiantes.

Certaines choses échappent à notre contrôle, comme la vie, la mort, les catastrophes naturelles ou les accidents. Le fait de vous inquiéter ne sert à rien.

Si vous apprenez à vivre sans préoccupations, vous serez bien plus préparé à affronter ce genre de situations. Votre esprit ne sera donc pas envahi d’anticipations et vous pourrez alors vous occuper pleinement de la situation en question, au moment venu.

Déléguez !

Vous avez beau vous angoisser, les soucis de votre moitié sont ses soucis à lui/elle. Soyez emphatique et tentez de l’aider comme vous le pouvez, mais apprenez à ne pas vous appropriez les dilemmes des autres.

Ne vous tourmentez pas avec des problèmes qui ne vous concernent pas, car vous en avez bien assez vous-même.

Fini les «et si…»

Les «et si…», ce sont ces amis imaginaires qui ont la fâcheuse tendance d’interrompre vos pensées, provoquant mille et un doutes. Et si… je ne prenais pas la bonne décision ? Et si… demain j’étais licenciée ?


Au lieu de vous aider, les «et si…» provoquent un stress inutile. Si votre décision n’est pas correcte, alors vous aurez appris comment faire pour la prochaine fois.

Si demain vous êtes virée… et bien, ne vous inquiétez pas car vous pourrez devenir un devin  avec tous vos «et si…» !

Dans environ 90% des cas, les personnes réfléchissant avec des «et si…» se trompent. Vous pouvez maintenant calculer le temps que vous perdez quotidiennement à faire ce genre de prédictions et commencez à l’occuper de façon plus enrichissante.

Concentrez-vous sur le moment présent

Entouré de tant de préoccupations, vous ne considérez pas le moment présent. Vous vivez dans un futur fictif qui vous empêche de profiter de ce café entre amis, de ce livre que vous aviez tant envie de lire, de cette conversation ou simplement de la merveilleuse sensation que l’on ressent lorsque l’on se détend et que l’on ne pense à rien.


Apprenez à vous détendre. Sortez dans la rue, respirez, observez, écoutez, savourez et ressentez ce moment. Avec tous vos sens. Le temps vole et les moments passés ne reviendront pas.

Alors envoyez promener vos «et si…» car aujourd’hui vous avez des choses bien plus belles à accomplir.



Et vous , vous levez le pied, ou vous embraillez les pédales, au quart de tour.
A vos claviers pour en parler.
Merci à vous de votre passage amicale