6 expériences à vivre au Tibet et nulle part ailleurs

6 expériences à vivre au Tibet et nulle part ailleurs

Lhassa est maintenant une ville chinoise, où quelques « poches » tibétaines ont été conservés, pour les touristes de Chine et d'ailleurs. Mais le Tibet existe encore, unique.

 

1

Méditer

Le Tibet a développé une forme de bouddhisme particulière, le bouddhisme lamaïste, où les grands principes demeurent, dont l'impermanence de toute chose, y compris la vie, et y compris la mort - d'où les ribambelles de squelettes qui dansent le long des murs dans les temples du pays. La majeure différence par rapport au bouddhisme originel, où la démarche est individuelle, c'est qu'une fois l'éveil atteint, on renonce au nirvâna afin d'aider toute l'humanité à se libérer de la souffrance. 

 

2

Le thé au beurre de yack salé

Ce serait mentir de dire que c'est bon. Mais c'est une expérience, ça oui. Dans les villages, dans les temples, on vous proposera de le partager. Le boire à petite gorgées, et se sortir de la tête que c'est du thé, imaginer plutôt une soupe. Car c'est roboratif, c'est bien pour cela qu'il a traversé les siècles, bien gras et salé, idéal pour passer l'hiver sur le toit du monde.

Le thé au beurre de yack salé

 

 

3

La kora du Barkhor autour du Jokhang à Lhassa

ou de tous les temples tibétains. Celle du Jokhang, qui passe par plusieurs temples en plein cœur de Lhassa, et traverse rues et marchés, est particulièrement unique. La kora, c'est la circumambulation rituelle que font les fidèles autour des temples et des lieux sacrés, dans le sens des aiguilles d'une montre. Si vous avez le temps, faites aussi celle du lac Namtso, à l'extrême inverse, en pleine nature. Les pèlerins l'effectuent en 18 jours, à plus de 4700 mètres d'altitude.

La kora du Barkhor autour du Jokhang à Lhassa

 

 

4

Les amoncellements de pierres aux passages de cols

Vous êtes seul au monde, dans les montagnes râpées, grises, beiges, ocre, vert rabattu. Vous montez, à petits pas sur un sentier. Seul l'air vous accompagne, celui qui passe par votre corps, et celui du vent léger. Vous arrivez en haut, personne n'est là et vous n'êtes plus seul : sur ce sommet, sur tous les sommets du Tibet, chaque passant a posé une pierre, qui va plus haut que le haut, comme une œuvre de land art. A vous de mettre votre obole.

Les amoncellements de pierres aux passages de cols

 

 

5

Le mont Kailash

Qu'il est élégant, avec son léger déhanché et sa calotte striée ! Le blanc de la neige, le gris anthracite de la roche. Une douce perfection. Rien d'étonnant à ce que toutes les religions du coin l'aient élu comme lieu sacré. Böns, bouddhistes, hindouistes, jaïns s'y retrouvent, en font le tour, certains dans un sens, d'autres dans l'autre, si vous êtes agnostiques il vous faudra choisir votre camp.

Le mont Kailash

 

 

6

Être face au mont Everest

La route s'arrête au temple Flannelette, où vous pourrez le contempler de loin, attendre que sa majesté secoue la tête en mangeant quelques momos, les raviolis tibétains, ou en écoutant les mélopées des moines. Ensuite, prenez le chemin à pied, ou en calèche à cheval, jusqu'au campement de tentes qui est ici pour l'été. Couvrez-vous bien, marchez un peu, vous êtes seuls face aux neiges du mont Everest, qui deviennent jaunes, oranges, pourpres au coucher du soleil, et passent du rose au blanc le lendemain à l'aube.  

Face au mont Everesthttp://www.voyageursdumonde.fr/voyage-sur-mesure/magazine-voyage/6-experiences-a-vivre-au-tibet-et-nulle-part-ailleurs